On a tous une boîte au fond d’une garde-robe. Une boîte dans laquelle s’accumulent les cartes de souhaits, les lettres, les carnets de voyages, les journaux intimes, les photos, les objets… Cette boîte ne fait pas que ramasser la poussière ! Année après année, elle collectionne nos souvenirs. Pièce par pièce, elle raconte le récit de notre vie. Pendant le temps des fêtes, on vous propose de replonger dans vos archives personnelles et pourquoi pas, de vous en inspirer pour écrire votre autobiographie ou dessiner votre arbre généalogique.

 

Écrire son autobiographie ou créer son arbre généalogique demande beaucoup de recherches, ce qui fait appel à de nombreuses fonctions cognitives comme l’attention, la réflexion et la mémoire. En traçant des mots sur le papier ou en tapant sur un clavier, on doit aussi coordonner habilement l’action des doigts, ce qui active le cortex moteur, cette partie du cerveau qui commande nos mouvements. En faisant travailler son cerveau, on maintient et enrichit son réseau de neurones, ce qui aide à protéger du déclin cognitif.

Vous ne savez pas par où commencer ? Laissez-nous vous guider, étape par étape !

 

 

Écrire son autobiographie

 

Écrire son histoire, c’est plonger dans ses souvenirs et raviver sa mémoire. C’est faire le bilan et stimuler ses neurones. On y va?

1. Dressez un plan : Vous pouvez par exemple structurer votre récit autour des grandes périodes de la vie : enfance, adolescence, âge adulte et âge de la retraite.

2. Ajoutez les informations de base liées à chacune de ces périodes : lieux de résidence, noms des écoles, des lieux de travail, des amis, des collègues, etc. Notez aussi votre âge et votre statut pour chaque période (célibataire, enfants, etc.) Ce simple exercice fera émerger une foule de souvenirs !

3. Plongez dans vos souvenirs : Feuilletez de vieux albums photos, relisez d’anciennes lettres, votre journal d’adolescence et autres carnets de notes remplis au cours des ans. Vous y puiserez de belles inspirations.

4. Notez vos souvenirs, sans trop vous soucier, pour l’instant, de leur pertinence ou de la chronologie.

5. Classez les souvenirs selon les grandes périodes de la vie, puis faites un tri. Conservez seulement ce qui vous semble le plus important, ce qui a le plus marqué votre vie.

6. Prêt à rédiger? Racontez ces moments de façon simple, sur un ton qui vous ressemble, avec émotion !

7. Ajoutez des images : Pas seulement vos photos personnelles! Les images et les archives abondent sur internet. École de rang, honneurs de guerre, Expo 67, construction du métro, Tour Eiffel… Amusez-vous! Vous ne trouvez pas ce que vous voulez? Si vous le pouvez, retournez sur les lieux et prenez de nouvelles photos.

 


 

Dessiner son arbre généalogique

 

Partir à la découverte de ses ancêtres, c’est entreprendre un fascinant voyage dans le temps! Une quête émouvante…

 

1. Fouillez dans vos vieux papiers : Lettres, testaments, baptistaires, cartes postales, coupures de presse, journaux intimes, textes autobiographiques, contrats anciens, certificats de mariage, notices nécrologiques, photos de famille, cartes d’identité, passeports, carnets militaires, faire-part, etc. Nos archives personnelles et l’héritage écrit de nos aïeux s’avèrent de précieuses sources d’informations.

2. Contactez la famille : Votre lointaine cousine germaine ou votre vieil oncle aura peut-être des documents, que vous pourrez photocopier ou numériser. Avec un peu de chance, ils auront aussi plusieurs souvenirs à raconter et qui sait, des secrets de famille à confier!

3. Classez les informations recueillies : Que vous utilisiez un logiciel de généalogie (qu’on trouve gratuitement en ligne) ou de bonnes vieilles fiches papier, il est essentiel d’utiliser un système de classement dès le début des recherches. On prend le temps de noter toutes les informations pertinentes sur chaque personne, ainsi que la source de ces informations (témoignages, actes notariés, archives, etc.)

4. Consultez les registres et les archives : Les actes d’état civil du Québec, ainsi que les registres paroissiaux, qui contiennent les actes de baptême, de mariage et de sépulture depuis les débuts de la colonie, sont consultables en ligne. On peut aussi faire des recherches dans les archives nationales via le site de Bibliothèques et archives nationales du Québec (BanQ).

5. Joignez une société de généalogie : Envie de pousser la démarche un peu plus loin? Les sociétés de généalogie peuvent vous aider à compléter votre arbre, en vous offrant conseils, outils et techniques!

 

Finalement, déterrer vos souvenirs aura peut-être donné lieu à un plus grand projet que vous ne l’auriez cru! N’hésitez pas à en parler avec un proche. Montrez-lui votre arbre ou faites-lui relire des passages de votre biographie. Des détails oubliés ou inconnus naîtront peut-être de la discussion, ou même, une nouvelle version de votre propre histoire!


 

Pour en savoir plus :

 

AUTOBIOGRAPHIE

 

ARBRE GÉNÉALOGIQUE